Le Cimetière – La Loge de Vigne

Le cimetière

A l’origine le cimetière était situé autour de l’église et l’actuel a commencé à être utilisé à partir de 1806.
En août 1854, Monsieur de Forestier, comte de Coubert, propriétaire du château de la Boisnière, achète un terrain jouxtant ce cimetière et le rétrocède gratuitement à la commune.
En 1857, le comte de Coubert fit édifier un mausolée en pierre de taille et y transfère sa défunte épouse Antoinette Elisabeth Chébrou de Lespinats, décédée en 1850. Ce monument est placé au centre d’un enclos en briques encadré par deux piliers en pierre portant les blasons des familles de Coubert et de Chébrou.
Au centre du cimetière, une croix métallique est posée sur un socle en pierre, au pied de laquelle sont placées les tombes de plusieurs curés de la paroisse.

Le monument aux morts de la Première Guerre Mondiale, en forme d’obélisque en pierre est réalisé par le Marbreries Générales de Paris en 1921. Le cimetière est à nouveau agrandi en 1927.

The Cemetery

Originally the cemetery was located beside the church and use of the present-day one began in 1806.
In August 1854, Mr de Forestier, Count of Coubert, proprietor of the château de la Boisnière, bought the land next to the cemetery and gifted it to the village.
In 1857, the Count of Coubert commissioned the construction of a mausoleum in dressed stone to which he transferred the remains of his late spouse Antoinette Elisabeth Chébrou de Lespinats, who died in 1850. This monument is set in the centre of a brick enclosure framed by two stone pillars bearing the coat of arms of both the Coubert and the Chébrou families.
The tombs of several parish priests are located in the centre of the cemetery, at the foot of a metal cross mounted on a stone pedestal.

The First World War memorial, in the shape of a stone obelisk, was built by “Marbreries Générales de Paris” in 1921. The cemetery was further enlarged in 1927.

La loge de vigne

Sur les 3500 hectares de la commune, en dehors des bois, les terres étaient labourables. Cependant, 1863, la culture de la vigne s’y développe de plus en plus. Aujourd’hui, seules quelques loges de vignes témoignent encore de cette activité disparue. De dimensions modestes, elles servaient d’abri au vigneron et parfois à son cheval. Une cheminée permettait de se réchauffer et de préparer le repas. La loge de l’Espérance construite en 1903 est originale de par sa taille relativement important pour ce type d’édifice.
Elle a été restaurée en 2016 et est utilisé par le club de tennis.

The Vineyard Hut

Apart from the wooded areas, the 3500 hectares of land in the municipality were suitable for cultivation. Nevertheless, in 1863 more and more grape vines were being planted. Today, only a few vineyard huts bear witness to this bygone winegrowing activity. Of modest size, these huts served as shelters for the winegower and sometimes his horse. A fireplace allowed him to keep warm and to prepare his meal. Constructed in 1903, the hut “Esperance” is unusually large in size for this type of building.
It was restored in 2016 and is used by the tennis club.